ramasser


ramasser

ramasser [ ramase ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XVe; h. 1213 « rassembler (troupes, gens) »; de re- et amasser
I
1Resserrer en une masse. Ramasser ses cheveux en chignon. « Elle ramassa ses jupes, courut dans l'averse » (Zola). Par ext. Tenir serré. Ramasser les guides.
Fig. Ramasser son style, le condenser.
Pronom. Se ramasser : se mettre en masse, en boule. ⇒ se blottir, se pelotonner, se replier. Chat qui se ramasse avant de bondir. « Mirabeau se tut, se ramassa sur lui-même, comme le lion qui médite un bond » (Michelet).
2Réunir (ce qui est dispersé). rassembler. Ramasser les débris d'une armée. « Bouillé ne put ramasser, sur une route assez longue, que sept cents gardes nationaux » (Michelet). regrouper. Ramasser du foin avec un râteau, mettre en tas. ⇒ râteler.
Fig. Ramasser ses forces : faire appel à toutes ses forces pour fournir un effort physique ou moral. rassembler.
3Prendre en divers endroits pour réunir. Ramasser des chiffons; des ordures ( enlever) . Ramasser les cartes, au jeu ( levée) . Absolt C'est toi qui ramasses. Professeur qui ramasse les cahiers, les copies. relever. Ramasser de l'argent à une quête. « il paraît qu'on va doubler les impôts et que le père Ubu viendra les ramasser lui-même » (Jarry). collecter, recueillir. Par ext. Se procurer. Ramasser de l'argent, un pécule. amasser, empocher, gagner, récolter.
Écon. Acquérir progressivement en bourse (les titres d'une société) pour en prendre le contrôle. « Comment les assaillants ont-ils pu “ramasser” autant de titres si discrètement » (Le Point, 1990).
4Fam. Ramasser qqn, l'arrêter (en parlant de la police, des autorités). ⇒ cueillir, embarquer, prendre. Se faire ramasser dans une rafle. « belle affaire de se révolter ! Oui, pour que les gendarmes vous ramassent ! » (Zola).
II
1Prendre par terre (des choses éparses) pour les réunir. Ramasser des épis ( glaner) . Ramasser du bois mort, des marrons. Ramasser des coquillages, des cailloux. « Nous jetons nos bouts de cigare, immédiatement ramassés par des jeunes gens moins fortunés que nous » (Nerval). On en ramasse à la pelle. Il n'y a qu'à se baisser pour les ramasser.
Par ext. (en parlant de ce qui pousse) cueillir. Des champignons ramassés dans les bois.
2(1559) Prendre par terre (une chose qui est tombée). Ramasser ce qu'on vous jette. Ramasser les balles, au tennis. Ramasser le mouchoir d'une dame. « Mais, Madame, écoutez-moi donc Vous perdez quelque chose — C'est mon cœur, pas grand-chose Ramassez-le donc » (Apollinaire). Ramasser le gant.
(En parlant d'une personne dans l'impossibilité de se relever, d'un mort) trouver. On l'a ramassé ivre mort. « c'est pas tous les mois qu'on en ramasse dans un coin, zigouillé » (Aragon). Fig. et péj. Il a épousé une fille qu'il a ramassée dans le ruisseau. Où l'a-t-il ramassé ? dégoter. Fam. Être à ramasser à la petite cuillère.
3(1882) Fam. Ramasser une bûche, une pelle, un gadin, une gamelle : tomber accidentellement.
Pronom. fam. Se ramasser : se relever lorsqu'on est tombé, et par ext. tomber. Fig. Échouer. Je me suis ramassé à cet examen. étendre.
4Fig. fam. Recevoir (des coups, des réprimandes). Ramasser une volée, une engueulade. attraper. « Le pauvre bougre, il a ramassé un coup de couteau dans le ventre » (Bertrand Blier, « Buffet froid », film). Ramasser une contravention. Attraper (une maladie). Ramasser un bon rhume. choper.
⊗ CONTR. 1. Étaler, étendre, étirer. Disperser. Répandre.

ramasser verbe transitif (de amasser) Prendre et réunir, rassembler en tas des choses plus ou moins éparses : Ramasser les feuilles mortes. Prendre quelque chose ou des gens en divers endroits, en les rassemblant : Car qui ramasse les enfants pour l'école. Prendre à terre des choses, des êtres qui y sont disséminés, y vivent, y croissent : Ramasser des champignons. Prendre quelque chose au sol, sur un meuble : Ramasser une pièce de monnaie. Relever quelqu'un qui est tombé : Ramasser un enfant qui a fait une chute. Recueillir quelqu'un, un animal en le prenant en charge : Ramasser les chiens perdus. Familier. Appréhender quelqu'un, l'arrêter : La police a ramassé les voleurs dans une rafle. Familier. Prendre, recevoir, attraper quelque chose de fâcheux : Ramasser un bon rhume. Présenter quelque chose sous une forme réduite, en éliminer le superflu pour lui donner de la force : Ramasser sa pensée en un raccourci saisissant.ramasser (expressions) verbe transitif (de amasser) Ramasser ses forces, rassembler toute son énergie pour fournir un ultime effort. Familier. Ramasser une pelle, une bûche, un gadin, une gamelle, tomber, faire une chute. Se faire ramasser, se faire réprimander brutalement. ● ramasser (synonymes) verbe transitif (de amasser) Prendre et réunir, rassembler en tas des choses plus ou...
Synonymes :
- réunir
Contraires :
- disséminer
- éparpiller
Prendre quelque chose ou des gens en divers endroits, en les...
Synonymes :
Contraires :
Prendre à terre des choses, des êtres qui y sont...
Synonymes :
- récolter
Prendre quelque chose au sol, sur un meuble
Synonymes :
Contraires :
- laisser tomber
Recueillir quelqu'un, un animal en le prenant en charge
Synonymes :
Contraires :
Familier. Appréhender quelqu'un, l'arrêter
Synonymes :
- arrêter
- pincer (familier)
- piquer (populaire)
Contraires :
- relâcher
Présenter quelque chose sous une forme réduite, en éliminer le superflu...
Synonymes :
- résumer

ramasser
v. tr.
rI./r Prendre à terre. Ramasser du bois mort.
|| (Objet n. de personne.) Ramasser un blessé.
rII./r
d1./d Réunir en un amas, en une masse. Ramasser ses cheveux en chignon.
|| v. Pron. Ramasser son propre corps, se mettre en boule. Se ramasser avant de sauter.
d2./d Rassembler (ce qui est épars); réunir (des personnes dispersées). Ramasser des soldats en déroute.
d3./d Collecter, réunir. Ramasser des dons.
d4./d (Madag.) Recueillir, récupérer (qqch). J'ai mis une barrique sous le toit pour ramasser l'eau de pluie.

I.
⇒RAMASSER1, verbe trans.
I. — Resserrer en une masse.
A. — [Le compl. désigne une chose] Une rigole coulait de l'autre côté. Elle ramassa tous les plis de sa jupe, et se tenait au bord, indécise: — « Voulez-vous mon aide? — Inutile (...) » (FLAUB., Bouvard, t. 2, 1880, p. 11). Je la vis ramasser d'un geste ses beaux cheveux, qu'elle tordit en un nœud fait à la hâte (BOURGET, Disciple, 1889, p. 199).
MAR. Ramasser les voiles. ,,Abattre, déverguer et ranger les voiles dans leurs sacs respectifs`` (BARBER. 1969). Mais le baromètre baisse rapidement, nous « ramassons » les voiles hautes dans la soirée et cette précaution n'est pas inutile car vers 10 heures nous essuyons un formidable coup de vent (CHARCOT, Expéd. antarct. fr., 1906, p. 5).
B. — [Le compl. désigne une pers. ou une partie de son corps] Synon. replier. Son voisin, un gaillard des compagnons, ramassa ses longues jambes pour que Juliette pût poser sa petite valise [dans l'autocar] (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 26).
Empl. pronom. réfl. Se ramasser sur. Se pelotonner, se mettre en boule, dans une attitude de repli physique et moral. Synon. se blottir, se recroqueviller; anton. s'étendre, s'étirer, s'étaler. Dans une maison (...), tout espace réduit où l'on aime à se blottir, à se ramasser sur soi-même, est, pour l'imagination une solitude (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 130). Au fig. Se replier sur. Un premier degré de faiblesse provoque devant l'insuccès un repli affectif de l'acteur malheureux: il se ramasse sur son passé, sur son enfance (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 452).
♦ Se mettre en boule afin de concentrer ses forces pour l'effort ou l'attaque. Tout à coup, il se ramassa, se lança comme un loup. Avant que l'autre eût seulement bougé, il tombait sur les épaules d'un homme allongé là (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 234). Jos-Mari se ramassa, et, d'une dernière pesée, il balança la masse comme l'aurait fait son frère Peter (PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 31).
Fréq. au part. passé. Assis ou accroupis, pelotonnés, ramassés, genoux serrés, coudes au corps, comme s'ils voulaient retenir leur tiédeur qui s'en va, ils [les hommes dans la tranchée] se pressent contre le voisin, d'une épaule qui mendie (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 141).
Au fig. Formuler avec concision. Synon. condenser. Le savant arrive à ramasser dans un petit nombre de formules, qu'il appelle lois, d'innombrables files de phénomènes (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 101).
Empl. pronom. [Suarès] ne fait point effort pour (...) se réduire et se ramasser; la moindre pensée s'amplifie de tous les échos qu'elle éveille en sa grande âme (GIDE, Journal, Feuillets, 1911, p. 350).
II. — Réunir, rassembler ce qui est dispersé. Synon. regrouper.
A. — [Le compl. désigne une chose] Ramasser des cartes, des feuilles mortes, des ordures. Elle ouvrit son tiroir jusqu'au fond et commença à ramasser des timbres éparpillés (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 256). Juliette ramassa ses affaires, les rangea dans la petite valise (TRIOLET, Prem. accroc, 1945 p. 24). D'un geste nerveux Maria ramassa les papiers qui traînaient sur la table et les roula en boule (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 324).
En partic. Ramasser de l'argent. Accumuler petit à petit, à force de travail. Synon. amasser. Ma marchandise et mes écus ramassés à la sueur de mon front servent à donner vos bals (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 350).
B. — [Le compl. désigne une pers. (souvent dans un cont. milit.)] Ils arrivaient suivis de huit cents hommes (...). C'était tout ce qu'on avait pu ramasser pour le moment de seigneurs et de routiers (A. FRANCE, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 149). Bohémond, en dépit des périls qu'il courait lui-même (...), ramassa 300 chevaliers, quelque 400 piétons et partit pour Édesse (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 79).
Empl. pronom., au fig. Dans tous les climats, les notables, les féodaux, les chefs de clientèle tendent naturellement à réclamer le parlementarisme, tandis que les petites gens se ramassent autour du pouvoir autoritaire (BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p. 169).
C. — Au fig. Rassembler. J'essaye de ramasser quelques idées sur l'Italie d'aujourd'hui (TAINE, Voy. Ital., t. 1, 1866, p. 121). Alors, il ramassa ses forces, et d'une façon à faire trembler: « Ton temps viendra! hurla-t-il (...) » (POURRAT, Gaspard, 1922 p. 40). Dewrouckère ramasse son courage et regarde Brunet en face (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 271).
III. — Prendre à terre.
A. — [Le compl. désigne un fruit, un légume, un animal ou une chose qui y pousse, y vit ou s'y trouve naturellement] Ramasser des cornichons, des escargots, des pissenlits, des pommes de terre, des marrons, des coquillages, des noix. Il s'y perdait facilement [dans la forêt] avec Odette, quand ils allaient y chercher des champignons ou des fraises (Dieu, ce que j'aimais ramasser des champignons!) (TRIOLET, Prem. accroc, 1945 p. 294). Le petit se baissa, ramassa un caillou et le laissa tomber dans l'eau (SARTRE, Mort ds âme, 1949 p. 119). P. ext. Cueillir. Les cosses de petits pois qu'elle avait « ramassés » tombèrent de son tablier (R. BOUSSINOT, Vie et mort de Jean Chalosse moutonnier des Landes, 1976, p. 114).
Loc. Ramasser (qqc.) à la pelle.
B. — 1. [Le compl. désigne une chose qui est tombée] Ramasser une pièce de monnaie, un crayon, un torchon, un jouet, une balle de tennis, des feuilles mortes. L'album vola à travers la pièce et tomba aux pieds de Joseph qui le ramassa (GREEN, Moïra, 1950, p. 80). Je m'étais baissé pour ramasser mon mouchoir que j'avais laissé tomber (CAMUS, Esprits, 1953, II, 2, p. 475).
Loc. fig. Ramasser le gant.
2. [Le compl. désigne une personne qui est tombée et que l'on aide, le cas échéant, à se relever] L'aîné, glissant sur le toit d'ardoises (...) se cassait la clavicule et demeurait muet, courtois, en demi-syncope, au pied du mur, attendant qu'on vînt l'y ramasser (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 14). Elle oublie que son père était un ivrogne qu'on ramassait sur les trottoirs et que sa mère a fait des journées (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 76).
Empl. pronom. réfl. Se relever après être tombé. Ce costume de saltimbanque était le vrai costume de la danse d'Anatole, une danse folle (...) où le danseur (...) bondissait, tombait, se ramassait (GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p. 230). Ils soulevèrent le banc, et le vieux culbuta, au milieu des éclats de rire. Christophe (...) vit le vieux, qui se ramassait péniblement, et, au lieu de se plaindre, se confondait en excuses (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 615).
Au fig., pop., fam. Subir un échec. Synon. se planter. Foin de suspense. Je me suis ramassée. Ce premier échelon socialo-culturel, eh bien! je l'ai loupé (M. MICHEL-BAHSI, Poupoune, 1975, p. 77 ds CELLARD-REY 1980).
Loc. fig.
Ramasser qqn dans la boue, dans le ruisseau, sur le trottoir, etc. Relever quelqu'un qui se trouvait dans une situation méprisable, indigne, l'en faire sortir. Il cherchait une position sociale. Et c'est alors que je l'ai ramassé presque sur le pavé. Vous m'entendez: sur le pavé! (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 19). Voir panné, ex. de Mirbeau.
Fam. Ramasser qqn à la (petite) cuiller.
C. — P. ext. [Dans des loc. fam. et pop.] Ramasser une bûche (v. bûche2), une pelle, un gadin, une gamelle. Tomber.
Au fig. Ramasser une bûche (v. bûche2), une veste.
IV. — Récupérer, recueillir.
A. — [Le compl. désigne une chose]
1. [Le compl. désigne de l'argent] Synon. de gagner, récolter, se procurer. Il fallait donner nos représentations partout où nous avions chance de ramasser une recette (MALOT, Sans fam., 1878, p. 105). Il s'agissait de ramasser de l'argent pour un home d'enfants, on ne pouvait pas refuser (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 263):
Si la sourde rumeur du quartier ne mentait pas, cet argent, ramassé dans quelque horrible cloaque sanglant, eût été la rançon d'un prince du Négoce parisien.
BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 12.
2. En partic.
a) Vx. Ramasser l'émail. ,,Le prendre chaud et liquide dans la cuiller de fer où il a été mis en fusion avec du verre, pour en faire ces filets que les émailleurs appellent du canon`` (HAVARD 1890).
b) Ramasser le lait. Faire la collecte du lait. [Le] laitier en gros (...) se charge de faire ramasser le lait chez les cultivateurs (POURIAU, Laiterie, 1895, p. 108).
3. Au fig. Il m'en aurait conté bien d'autres (...) de ces histoires qu'il a ramassées je ne sais où (MÉRIMÉE, Théâtre Cl. Gazul, 1825, p. 386). J'espère qu'il donnera quelques bons coups aux Italiens et ramassera un peu de gloire pour la France (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 353).
Loc. verb., pop., fam.
Ramasser (une engueulade, une volée, etc.). Recevoir. Synon. fam. prendre (une volée, une fessée, etc.). Quand Dolci ramassait une querelle, il était entendu que don José lui devait servir de second (FEUILLET, Onesta, 1848, p. 309). Absol. Ça que nous allons ramasser [= être injuriés] moi et toi! (MUSETTE, Cagayous chauffeur, 1909, p. 144).
Ramasser (un rhume, la grippe, etc.) Attraper. Il faisait un temps à ramasser dix mille fluxions de poitrine (VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1866, p. 87).
B. — [Le compl. désigne une pers.] Souvent péj. Récupérer, recueillir pour emmener avec soi. Tâche de me ramasser quelque chanteur et de me l'amener ici; plus il y aura de monde, moins on fera attention à nous (DUMAS père, Chev. d'Harmental, 1849, III, 5, p. 254). Paulais promenait des femmes qu'il ramassait n'importe où, au gré de sa fantaisie pittoresque (TRIOLET, Prem. accroc, 1945 p. 188).
1. a) [Le compl. désigne une pers. se trouvant dans un état qui nécessite des soins] [Le chevalier de Sévigné] l'avait emportée [une petite fille abandonnée] dans son manteau et en avait pris soin (...). Il avait été, pensait-il, ramassé lui-même un jour par le bon Pasteur comme il avait ramassé cet enfant (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 14, 1858, p. 160). Le lendemain, des agents cyclistes ramassèrent sur un banc des quais une pauvre folle endormie qui réussit, après quelques mois de traitement, à se faire rapatrier aux États-Unis (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 73).
b) Pop. [Le suj. désigne un agent de l'autorité, le compl. désigne une pers. se trouvant dans une situation irrégulière] Synon. de prendre, emmener. Ah! nom de Dieu... S'ils [des policiers] ne me ramassent pas, ce sera la veine (CARCO, Homme traqué, 1922, p. 244).
Se faire ramasser par (la police, les flics). L'Agent, à l'ouvrier: Vous voulez vous faire ramasser, vous? L'ouvrier disparaît (A. FRANCE, Crainquebille, 1905, 1er tabl., 3).
2. En partic. Ramasser (des écoliers, des ouvriers). Effectuer le ramassage (des écoliers, des ouvriers). Déjà, souvent l'église de village est vide et l'on parle de plus en plus de fermer l'école et de ramasser les enfants en autobus pour les réunir au groupe scolaire du chef-lieu de canton (Traité sociol., 1967, p. 319).
REM. Ramassure, subst. fém., région. (Canada), péj. Personne sans domicile ni travail, que l'on veut bien recueillir chez soi. Pour comble de malchance, le Survenant, cette ramassure des routes, ce fend-le-vent, s'est arrêté au Chenal du Moine. Que ne passait-il son chemin! (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 158).
Prononc. et Orth.:[], [--], (il) ramasse [-mas], [-]. [--] dans ce type de verbes p. anal. avec [--] d'un mot base en -as (ici ramas). Dep. le XIXe s., substitution de [-a-] à [--] dans un certain nombre de mots en -as: bras, cadenas, fracas, etc., ainsi que dans des formes verbales fortes en -asse: embrasse, cadenasse, fracasse, etc., en partie sous l'infl. de l'[-a-] inaccentué des inf.: embrasser, cadenasser, fracasser, normalement ant. et bref (voir G. STRAKA ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 n ° 1 1981, p. 215, 217). Pour ramasser, maintien de [--] dans tout le XIXe s. et encore au XXe s.: LITTRÉ distingue (il) ramasse (de ramasser1) avec [--] (comme dans le reste de la famille) et ramasse (traîneau) avec [-a-]; WARN. 1968, Pt ROB.: [--]; ROB. 1985: [--], [-a-]; mais Lar. Lang. fr. et MARTINET-WALTER 1973, s.v. ramassé (11/17) [-a-]. Homon. et homogr. ramasser2. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Réunir en une masse, un tout 1. a) ) ca 1213 trans. « rassembler, regrouper des personnes » cont. milit. ramasser grant gent (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 72, 14); 1552 (EST., s.v. colligere, collectitius:ost ramassé de toutes sortes de gens); 1653 (VAUGELAS, Quinte Curce, III, Paris, A. Courbet, p. 213: gens ramassez de toutes sortes); ) 1538 réfl. (EST., s.v. colligere); 1616 id. (D'AUBIGNÉ, Hist. univ., III, XIV, éd. A. de Ruble, t. 2, p. 112: dix à dix [...] se ramassoyent pour percer [vers l'ennemi]); b) 1785 fam. « appréhender (un coupable) » ramasser (des filles) (MERCIER, Tabl. de Paris, CCCXXX ds BRUNOT t. 6, p. 1219); 1867 pop. se faire ramasser « se faire arrêter » (DELVAU); 2. a) fin XIIIe s. [ms. déb. XIVe s.] « rassembler, collecter ce qui est dispersé » en parlant des éléments d'une œuvre littéraire (RICHIER, Vie de St Remi, éd. P. Meyer, 270; 334 ds Notices et extr. des mss de la Bibl. nat., t. XXXV, 1, p. 127b et 128b); 1580 part. passé fém. plur. adj. (MONTAIGNE, Essais, II, XXXVI, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, p. 755); id. péj. (ID., ibid., II, X, p. 418: bruits qu'ils ramassent ès carrefours des villes); b) 1535 fin. ramasser les amendes (Coutume d'Ypres, § 155 ds Grand coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, t. 1, p. 850); c) 1656 réfl. « (en parlant de choses) se réunir en un point central » phys. (BOSSUET, Sermon sur la Providence ds Œuvres, éd. abbé Velat et Y. Champailler, p. 1046); 3. a) [1536 part. passé adj. fig. « solide, éprouvé(?) » (JEAN CHAPERON, Grans regretz de Mlle du Palais ds Anc. poés. fr., t. 5, p. 138: Ragot, preud'homme ramassé, Venez m'ayder à soullas ramasser)] 1580 id. « (d'un animé) aux formes épaisses et larges » la taille forte et ramassée (MONTAIGNE, op. cit., II, XVII, p. 641); 1754 p. ext. objet ramassé (CONDILLAC, Traité des sensations, III, 3 ds LITTRÉ); b) ) 1607 réfl. « (d'un animé) se pelotonner sur soi-même » (OUDIN Esp.-fr. ds GILI, s.v. arrebajudura:en se ramassant pour se cacher); av. 1767 ramasser son corps en boule (MALFILÂTRE, Narcisse, II ds LITTRÉ); ) 1655 réfl. fig. se ramasser en soi-même (MOLIÈRE, Étourdi, II, 11); c) 1723 « replier un objet sur lui-même afin de réduire la place qu'il occupe » techn. ramasser l'émail (SAVARY); 4. fig. a) « réunir, rassembler pour quelque effort » 1572 r'amasser son esprit a grand peine (RONSARD, Franciade, III, 854 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 16); 1638 ramasser un reste de vigueur (ROTROU, Antigone, III, 2 ds Œuvres, Paris, t. 4, 1820, p. 39); av. 1704 ramasser ses forces (BOSSUET, 2e Sermon Pass., 2 ds LITTRÉ); b) « concentrer, résumer » ) en parlant de personnes 1651-56 (CORNEILLE, Imitation, III, 43 ds Œuvres, éd. A. Stegmann, Paris, Seuil, 1963, p. 1002a: J'enseigne à ramasser en moi tout son désir); av. 1704 ramasser en peu de mots (BOSSUET, Réunion des Protestants..., I, I, 2 ds LITTRÉ); ) en parlant de choses 1675 trans. (ID., La Vallière, ibid.:[la passion des richesses] ramasse en elle-même toutes les autres); 1685 réfl. (ID., Oraison funèbre Palatine ds Œuvres, éd. abbé Velat et Y. Champailler, p. 159). B. Prendre par terre des choses dispersées pour les réunir 1. a) 1549 (RONSARD, Les Bacchanales, 104, t. 3, p. 190: Abel [...] qui ramasse les flaccons [de Silène] tombez à bas Et les fleurs); 1559 ramasser [un anneau tombé à terre] (AMYOT, Hommes illustres, Artaxerce, XXX, éd. G. Walter, t. 2, p. 978), empl. condamné par Ménage (Obs. lang. fr., Paris, Cl. Barbin, 1672, p. 379) qui préfère amasser; b) 1574 « collecter (les fruits de la terre) » ici, p. image (RONSARD, Tombeau de Charles IX, 118, t. 17, p. 8: Une telle moisson abondante en vertu Se perdroit sans profit... Si la Muse ne l'eust quelque peu r'amassée Ainsi qu'un laboureur...); c) 1895 p. ext. fam. ramasser une bûche « tomber » (d'apr. ESN., s.v. bûche); 2. a) 1640 réfl. « se relever après être tombé » (OUDIN Curiositez: Ramasse toy — releve toy, vulg.); 1920 p. ext. se ramasser « tomber à terre (d'une personne) » (BAUCHE); b) 1694 ramasser un homme « faire monter un piéton dans son carrosse » (Ac.); 1835 fig. où avez-vous ramassé cet homme-là? (Ac.). Dér. de amasser; préf. re-. Fréq. abs. littér.:2 494. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 977, b) 3 889; XXe s.: a) 5 017, b) 3 815.
DÉR. 1. Ramassement, subst. masc. a) Position ramassée, repliée. S'enfonçant dans son fauteuil avec le ramassement de l'homme qui se dispose à écouter, qui devient tout oreilles, il mit son menton dans sa main (A. DAUDET, Nabab, 1877, p. 143). Tout à coup, dans un ramassement de main, il attrapa une mouche (GONCOURT, Journal, 1891, p. 158). b) Sports (lutte). Ramassement de bras, d'épaule, de jambe. ,,Prise qui consiste à déséquilibrer l'adversaire en s'emparant d'un bras, d'une épaule ou d'une jambe`` (PETIOT 1982). Dans la lutte à terre, c'est-à-dire lorsqu'un des adversaires se trouve à quatre pattes, si l'autre s'empare d'un de ses bras, c'est un ramassement de bras (Comment parlent les sportifs ds Vie Lang., 1954, p. 375). [], [--]. 1res attest. a) ) 1558 fig. « action de rassembler, assemblage, amalgame » (EST. PERLIN, Descr. des roy. d'Angl. et d'Escosse, fol. 8 r ° ds GDF.: [langaige] ramassement de toutes langues), ex. isolé, 1910 id. le ramassement de ce triple faisceau [Le Cid, Horace, Cinna convergeant vers Polyeucte] (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, p. 803), ) 1879 fourmillant ramassement d'individus (E. DE GONCOURT, Zemganno, p. 222), b) 1636 « action de ramasser, de recueillir » (MONET, p. 725a), très rare, 1913 (PÉGUY, Ève, p. 939: le ramassement des débiles glaneurs), c) 1877 « action de se ramasser sur soi-même » (A. DAUDET, loc. cit.); de ramasser1, suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér.: 12. 2. Ramassette, subst. fém. a) ,,Léger clayonnage dont on garnit la faux des moissonneurs afin de réunir en javelles les tiges de blé coupées`` (FÉN. 1970; dict. XIXe et XXe s.). b) Région. (Belgique et Nord de la France). ,,Petite pelle pour ramasser les miettes, les cendres`` (BAET. 1971, p. 357). [], [--]. 1res attest. a) 1842 « clayonnage adapté à la faux » (Ac. Compl.), b) 1942 wall. « pelle à poussière » (d'apr. FEW t. 6, 1, p. 451a); terme wall., dér. de ramasser1, suff. -ette; b semble à distinguer de l'helvétisme ramassette « petit balai », qui, d'apr. FEW t. 10, p. 43a est dér. de ramasse « balai ». 3. Ramassoire, subst. fém. a) ,,Planchette pour nettoyer l'eau sur laquelle on pose les couleurs`` (CHESN. t. 2 1858; dict. XIXe s.). b) Région. (Suisse romande). ,,Pelle à balayures en fer`` (PIERREH. 1926). Il y a encore un balai, un seau et une ramassoire (RAMUZ, Nouvelles, p. 35, ibid.). [], [--]. 1re attest. terme de marbreur de papier a) 1765 « planchette servant à nettoyer l'eau où surnagent les couleurs » (Encyclop. t. 10, p. 73a, s.v. marbrer), b) id. « outil pour rassembler la couleur étendue sur la pierre » (ibid.); de ramasser1, suff. -oire.
BBG. — CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 535. — DUB. Dér. 1962, p. 31 (s.v. ramassement). — GREDIG (S.). Essai sur la form. du vocab. du skieur fr. Davos, 1939, pp. 70-72. - QUEM. DDL t. 5, 17.
II.
⇒RAMASSER2, verbe trans.
Région. (Alpes). Traîner dans une ramasse. Quand il fut sur la montagne, il se fit ramasser, on le ramassa (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.:[], [--], (il) ramasse [-mas], [-]. V. ramasse. Homon. et homogr. ramasser1. Att. ds Ac. 1718-1878. Étymol. et Hist. Ca 1518 Savoie « traîner sur une ramasse » (J. LE SAIGE, Gistes, repaistres et despens d'apr. E. CLOUZOT ds R. Ét. rab. t. 4 1906, p. 177). Terme originaire de la région alpine et relevé dans la partie est du domaine gallo-roman, dér. de ramasse.
DÉR. Ramasseur, subst. masc. Celui qui conduit une ramasse. (Dict. XIXe s.). [], [--]. Att. ds Ac. 1835, 1878. 1re attest. ca 1518 Savoie « celui qui tire un traîneau » (J. LE SAIGE, loc. cit.); de ramasser2, suff. -eur2.

ramasser [ʀamɑse; ʀamase] v. tr.
ÉTYM. V. 1213, « rassembler (des personnes) »; 1580 au sens I, 2; de re-, et amasser, de masse.
———
I (Idée de réunir, de resserrer).
A (Compl. n. de choses).
1 (1723). Resserrer (une chose souple) ou rassembler (des choses) pour en faire un tout, une masse (→ Pelotonner, cit. 1). || Ramasser ses jupes pour monter un escalier.Par ext. Tenir serré,(1835). || Ramasser les guides.
1 (…) tu es un parfait cavalier; personne mieux que toi ne sait rendre et ramasser les guides, faire piaffer un cheval (…)
Balzac, le Contrat de mariage, Pl., t. III, p. 85.
2 Elle ramassa ses jupes, courut dans l'averse rejoindre sa sœur.
Zola, la Terre, II, II.
Fig. || Ramasser son style, le condenser.
3 La maxime fut le moule de l'observation générale, de la synthèse des expériences; le portrait exposa les expériences particulières, lorsque le modèle était réel; il servit aussi à les ramasser en forme générale, lorsque le type était inventé.
Gustave Lanson, l'Art de la prose, p. 127.
Pron. || Se ramasser : se mettre en masse, en boule. Blottir (cit. 1), pelotonner, replier (se). || Se ramasser sur soi-même. || Chat qui se ramasse avant de bondir.
4 Mirabeau se tut, se ramassa sur lui-même, comme le lion qui médite un bond.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, VIII.
Fig. || Écrivain qui ne cherche ni à se réduire ni à se ramasser (→ Amplifier, cit. 5). || Leur génie se ramasse sur un point. Concentrer (→ Entier, cit. 17).
2 (1580). Réunir (des choses éparses). Assembler, rassembler, réunir. || Ramasser les débris d'une armée. Regrouper. || Ramasser des feuilles, du foin avec un râteau, mettre en tas. Râteler. — ☑ Fig. Ramasser ses forces : faire appel à toutes ses forces pour fournir un effort.
5 (…) on a vu qu'avec les lettres de La Fayette, avec tous les efforts de ses aides de camp envoyés exprès de Paris, Bouillé ne put ramasser, sur une route assez longue, que sept cents gardes nationaux, des nobles très probablement, leurs fermiers, gardes-chasses, etc.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., IV, IV.
6 (…) je ramasse en ces formules les traits épars au cours de la plaidoirie.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, Avènement de l'Empire, IX.
Pron. || En lui se ramassait tout ce qu'il fallait savoir (→ Modèle, cit. 4).
3 (1572). Prendre en divers endroits et notamment à terre, prendre en réunissant. || Ramasser des chiffons, de vieux journaux; des ordures ( Enlever). || Ramasser les cartes, au jeu. Levée. || Le professeur, le surveillant ramasse les cahiers, les copies. Relever. || Toutes les jolies pièces qu'il a pu ramasser. Collectionner. || L'hôtelier ramassa les louis avec componction (cit. 2). || Ramasser des écus (→ Cotiser, cit. 1), de l'argent à une quête. Collecter.Par ext. Se procurer. || Ramasser de l'argent (→ Fortune, cit. 37), un pécule (→ Aussi, cit. 36). Amasser, gagner, rafler, récolter.
7 (…) on trouva moyen de ramasser cette grosse somme (…)
Racine, Port-Royal, I.
8 (…) il paraît qu'on va doubler les impôts et que le Père Ubu viendra les ramasser lui-même.
A. Jarry, Ubu roi, III, 3.
B (Compl. n. de personnes).
1 Vx (langue class.). Regrouper, rassembler (des personnes).
2 Fam. (Le compl. désigne des personnes coupables, ou dans une situation irrégulière). S'emparer de, arrêter ( Cueillir, prendre). || La police les a tous ramassés ( Rafle). En parlant d'une seule personne. || Se faire ramasser.
9 Buteau avait eu son haussement brusque d'épaules : belle affaire de se révolter ! oui, pour que les gendarmes vous ramassent !
Zola, la Terre, I, V.
Fig., péj. Prendre, trouver. || Où a-t-il ramassé ces balivernes, ces poncifs ? || Une bande d'incapables qu'il a ramassée on ne sait où.Au participe passé :
10 Mais la plupart des femmes sont peu difficiles. On les satisfait très bien avec des phrases ramassées n'importe où, ressassées mille fois. Elles y goûtent même une sécurité.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, VIII, p. 69.
———
II (Idée d'élever).
1 Prendre par terre (des choses éparses) pour les utiliser ou les conserver. || Ramasser des brindilles, du bois mort (→ Fagot, cit. 1), des marrons (→ Papier, cit. 16), des épis. Glaner. || Ramasser des coquillages, des cailloux. || Ramasser des jouets pour les ranger. || Il n'y a qu'à se baisser pour le ramasser.On en ramasse à la pelle (→ Plein, cit. 37). || Ramasser des mégots. || Ramasser des choses en grande quantité ( Moissonner), de-ci de-là ( Grappiller).
11 Nous jetons nos bouts de cigare, immédiatement ramassés par des jeunes gens moins fortunés que nous.
Nerval, les Nuits d'octobre, VIII.
Par ext. (Le compl. désigne des végétaux). Cueillir. || Ramasser des baies, des champignons.Au p. p. || Des champignons ramassés dans les bois (→ Girolle, cit.).REM. Ramasser ne se dit que de végétaux comestibles : pour les fleurs on dit plutôt cueillir.
2 (1559). Prendre par terre (une chose qui s'y trouve naturellement ou qui est tombée). || Ramasser un caillou (→ Imprudence, cit. 3). || Ramasser des pierres pour lapider (cit. 3) qqn. || Ramasser ce qu'on vous jette.Ramasser le gant (cit. 16). Relever (→ aussi Méchanceté, cit. 3). || Ramasser les balles, au tennis. || Se baisser (cit. 30) pour ramasser sa proie, la bête tuée (→ Poursuite, cit. 2). || Ramasser son chapeau (→ Gaminerie, cit. 2). || Ramasser ce qu'on a laissé tomber par mégarde. || Ramasser le mouchoir d'une dame (→ Merci, cit. 13).
12 Mais, Madame, écoutez-moi donc
Vous perdez quelque chose
— C'est mon cœur, pas grand-chose
Ramassez-le donc.
Apollinaire, Ombre de mon amour, p. 112.
13 (…) il renversait une boîte par terre, pour qu'elle ait à en ramasser le contenu (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XVII.
Prendre par terre (une chose qui s'y trouve posée provisoirement). || Elle ramassa sa corbeille pour aller étendre (cit. 6) le linge. || Ramasser un pesant haltère (cit. 1 et 2).
(1882). Par métaphore, fam. Ramasser une bûche, une pelle, un gadin, une gamelle : tomber accidentellement.
Pron. || Se ramasser. Fam. a Se relever lorsqu'on est tombé.
13.1 La chute classique m'était familière, après laquelle sauf membre cassé on se ramasse séance tenante et reprend son chemin, en maudissant dieu et les hommes (…)
S. Beckett, Têtes-mortes, p. 25-26.
b Tomber, faire une chute. || Il s'est ramassé en sautant le mur.
14 L'inclinaison générale en avant. C'est ainsi qu'on finit par se ramasser par terre.
Ch. Péguy, la République…, p. 267.
Fig. Se tromper; échouer. → Planter (se). || Si tu ne t'organises pas mieux, tu vas te ramasser.
c Se trouver (inopinément, sans l'avoir prévu). || On a fini par se ramasser chez un type qu'on ne connaissait même pas.
(Le compl. désigne une personne dans l'impossibilité de se relever, un cadavre). || On l'a ramassé ivre-mort. || Ramasser un cadavre.
15 — Qu'est-ce que ça me fait à moi qu'on me ramasse demain rue Plumet sur le pavé, tuée à coups de surin par mon père (…)
Hugo, les Misérables, IV, VIII, IV.
16 Tu comprends ici, avec les Halles, c'est pas tous les mois qu'on en ramasse un dans un coin, zigouillé (…)
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XXXI.
Fig., péj. Ramasser qqn dans le ruisseau.
Loc. fam. Être à ramasser à la petite cuiller : être en très mauvais état.
3 Fig., fam. Recevoir (des coups, des réprimandes). || Ramasser une volée, une engueulade (cit. 2). Attraper.Ramasser qqn, le réprimander vigoureusement. || Son père l'a ramassé. Factitif. || Il s'est fait ramasser.Attraper (une maladie). || Ramasser un bon rhume.
Factitif. || Se faire ramasser, recaler à un examen. Étendre.
——————
se ramasser v. pron.
Voir ci-dessus à l'article.
——————
ramassé, ée p. p. adj. et n. m.
ÉTYM. (V. 1536).
1 Resserré en une masse, en parlant de l'attitude. || Ramassé sur soi-même. Blotti, pelotonné, recroquevillé. || Ramassé en chien (cit. 44) de fusil. || Accroupi et ramassé (→ Équivoque, cit. 25). || Tout ramassé contre le piédestal (→ 1. Fou, cit. 12).Par ext. || Le geste ramassé du Moïse de Michel-Ange (→ Obstacle, cit. 3).
17 Ramassée sur une de ces chaises basses, appelées chauffeuses, dans la pose d'une femme attentive (…)
Balzac, Une fille d'Ève, Pl., t. II, p. 62.
18 Alors, ne pouvant aller plus loin, il se coucha contre la porte, ramassé, roulé en boule, pour que l'avancement du toit le protégeât de l'eau.
Zola, la Terre, V, II.
2 (1751). En parlant des formes. || « Son corps ramassé dans sa courte grosseur » (→ Gémir, cit. 14). || Charpente ramassée et musculeuse (→ Corpulent, cit. 1). Court, courtaud, massif, mastoc, puissant, trapu. || Décoration ramassée au milieu d'un panneau. Concentré.
19 Son visage ramassé lui donnait d'autant plus de ressemblance avec un renard, que son nez était court et pointu.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 292.
20 La Trinité, c'était, dans le temps, un hameau tout ramassé au milieu du plateau, une dizaine de maisons serrées les unes contre les autres.
J. Giono, Regain, I, III.
3 Condensé. || Formule, expression ramassée, concise et dense. Laconique. || Un style ramassé.
21 Gambetta définissait bien les conditions du gouvernement quand il disait, dans une de ces formules ramassées dont il avait le secret : « En politique il faut être quelqu'un, en administration il faut être quelque chose ».
André Siegfried, La Fontaine…, p. 71.
N. m. (1894). || Le ramassé du style.
22 Dans les derniers livres des Mémoires et dans la Vie de Rancé, œuvres de ces années dédaignées, il atteint à une liberté de style, à une hardiesse dans le choix des mots et dans le ramassé des images (…)
A. Maurois, Chateaubriand, X, IV.
CONTR. Étaler, étirer, étendre. — Disperser. — Écarter. — Distribuer, répartir. — Répandre. — Jeter. — Allongé, élancé. — Échelonné.
DÉR. Ramas, ramassage, ramassé, ramassement, ramassette, ramasseur, ramassis, ramassoire.
COMP. Ramasse-couverts, ramasse-miettes, ramasse-monnaie, ramasse-pâte, ramasse-poussière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ramasser — 1. (ra mâ sé) v. a. 1°   Amasser en y mettant soin et peine (seule nuance que mette la particule re entre amasser et ramasser). Ramasser du bois. Ramasser les épis. •   Et que plus je parcours Paris, plus il me semble Que l on a ramassé trente… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ramasser — Ramasser. v. a. Faire un assemblage, un ramas de plusieurs choses. Il a ramassé tout ce qui luy estoit deu en plusieurs endroits, & il en a fait une grasse somme. il s applique à ramasser tout ce que les anciens ont dit de plus curieux sur cette… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ramasser — Ramasser, act. acut. Est ores mener le long de la coste d un mont, avec ramasse, voyez Ramasse, Et ores recueillir de toutes parts ce qui est espars en plusieurs et divers lieux, Vndiquaque colligere, Ainsi dit on Soldats ramassez, Milites misti… …   Thresor de la langue françoyse

  • RAMASSER — v. a. Faire un amas, un assemblage, une collection de plusieurs choses. Il a ramassé tout ce qui lui était dû en plusieurs endroits, et il a fait une grosse somme. Il s applique à ramasser tout ce que les anciens ont dit de plus curieux sur cette …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RAMASSER — v. tr. Faire un amas, un assemblage, une collection de choses. Il a ramassé tout ce qui lui était dû en plusieurs endroits, et il a fait une somme importante. Il s’applique à ramasser tout ce que les anciens ont dit de plus curieux sur cette… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ramasser — vt. (des pommes de terre qu on vient d arracher, des pommes ou des châtaignes tombées à terre...) ; ramasser, relever, (qc. qui est à terre) ; cueillir, récolter, (des fruits, des fleurs) ; collecter (le lait, l argent d un abonnement à un… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ramasser — v.t. Ramasser une pelle, un gadin, etc., tomber. □ se ramasser v.pr. Tomber (au pr. et au fig.). Subir un échec en scène ; faire un bide …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Ramasser ses forces — ● Ramasser ses forces rassembler toute son énergie pour fournir un ultime effort …   Encyclopédie Universelle

  • Ramasser une pelle, une bûche, un gadin, une gamelle — ● Ramasser une pelle, une bûche, un gadin, une gamelle tomber, faire une chute …   Encyclopédie Universelle

  • Ramasser, prendre une gamelle — ● Ramasser, prendre une gamelle tomber, faire une chute ; essuyer un échec …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.